Passage aux 39h pour les fonctionnaires : une idée loin d’être saugrenue !

Les plans d’économie se suivent et se ressemblent. La fonction publique (nous devrions d’ailleurs dire : les fonctions publiques) est une fois de plus visée par le gel du point d’indice. Alors oui la masse salariale est importante et représente un coût important pour les Français. Mais au lieu de s’attaquer à ceux qui ont été embauchés, il faudrait plutôt attaquer ceux qui les ont fait embaucher et surtout maintenant réfléchir à la façon dont on tire avantage de toutes ces bonnes volontés.

 

L’UDI proposera demain de faire passer les fonctionnaires à 39h. Qui pourrait dire que plus de présence policière, plus de monde dans les hôpitaux, plus de temps de d’accueil dans les crèches ou dans les centres de loisir, serait inutile ? Au lieu de voir les fonctionnaires comme une variable d’ajustement, nous pourrions peut-être les voir comme un vivier de forces vives pas assez exploité.

 

Le service public ne doit être abordé avec dogmatisme mais avec pragmatisme. Bien sûr, il faut repenser les domaines d’intervention de la fonction publique. Bien sûr, il faut retravailler à bien redéfinir les champs d’action. En parallèle de la réflexion, il faut agir avec l’existant. Là encore, la question du temps de travail ne doit pas être vue de manière subjective mais de manière concrète : les services publics de proximité peuvent être améliorés et nous avons le personnel pour le faire mais nous n’avons pas les moyens d’augmenter les effectifs.

 

Alors œuvrons ensemble, valorisons nos fonctions publiques en agissant main dans la main.

Retour à l'accueil