Doit-on intervenir en Irak pour protéger les chrétiens ? Il s'agit d'une réflexion à voix (clavier) haute. Plus que l'émotion que provoquent les actes meurtriers ici et là, il faut toujours essayer de réfléchir posément. Cela évite les erreurs et/ou les lois "fait divers" aussi appelées "loi du chien qui a mordu un bébé".

La zone est complexe. Les occidentaux ont fait tombé des dictateurs (et pousse encore à la chute de certains) mais s'il est facile de gagner la guerre, la paix est beaucoup plus difficile à gagner. Saddam Hussein tenait son pays grâce à la terreur. Depuis que les Américains l'ont fait tomber, il faut reconnaitre que la situation est "instable". On peut aussi faire un parallèle avec la Libye (les occidentaux sont invités à quitter le pays pour leur sécurité mais on en parle moins…).

Sans pouvoir fort qui pourrait les contrer, certaines factions armées tentent de s'approprier des régions. Le pire c'est que cela marche. En Somalie, les Shebabs d'Al Shabbaab ont profité d'un vide pour s'emparer d'une grande partie du pays. Maintenant l'Union Africaine a bien du mal à aider le pouvoir somalien à reprendre la main. Il y a encore eu 18 morts hier. Mais c'est vrai que la Somalie n'intéresse pas grand monde. C'est un peu comme le Soudan. On a aussi vu au Mali qu'une absence de pouvoir fort créait de l'espace pour des tentatives de prise de contrôle.

Pourquoi cela se passerait-il différemment en Libye ou en Irak ? D'ailleurs, s'il s'agit toujours de groupes armés peu avenants c'est simplement que ceux-ci étaient déjà structurés pour la guérilla. Bon, une fois que j'ai dit cela, je n'ai pas répondu à ma propre question : doit-on intervenir en Irak pour protéger les chrétiens parce qu'ils sont chrétiens ?

En réalité, il a plusieurs questions dans cette phrase. Des chrétiens sont pourchassés, tués, assassinés. Il s'agit d'un "nettoyage religieux". Il doit être combattu comme toutes les opérations "épuration ethnique". En effet derrière ces mots (qui disent sans le dire : génocide) se cachent une telle violence, une telle haine que cela ne doit pas être regardé de loin mais honnis et combattu de près. Tout comme nous devons intervenir dans les conflits ethniques dans certains pays d'Afrique même s'il n'y a aucun intérêt financier.

Maintenant, il faut définir le mot "intervenir". S'agit-il d'un envoi d'armes comme cela a été fait en Libye ou en Syrie ? On sait qu'une partie des armes utilisées par les partisans d'un "Califat Islamiste" proviennent de ces livraisons. Si nous avions un doute, il suffit de voir qu'en Afghanistan (donc un pays mieux structuré, sur le papier, que les rebelles) près de 200 000 armes livrées par les Américains ont disparu. Oui, cela fait peur. Alors imaginons ce que cela pourrait donner ailleurs. Donc même en sécurisant l'envoi d'armes, nous aurions de la déperdition. Donc ce n'est pas forcément intéressant.

Intervenir sur le terrain… Premièrement en sommes-nous capables ? Seuls non ! En effet, nos moyens d'intervention sont limités surtout que le gouvernement ne sait pas prendre de décision budgétaire. Je vous invite à lire la prise de position d'Hervé Morin, ancien ministre de la Défense, sur le sujet. Revenons au sujet, si seul ne nous pouvons pas intervenir, peut-on entrainer d'autres pays derrière nous ? Sauf situation exceptionnelle, les Etats Unis ne voudront pas retourner en Irak. Trop de mauvais souvenirs.

Faire de belles photos à Erbil au Kurdisthan irakien, c'est bien mais ce n'est que sacrifier l'efficacité sur l'autel de la communication. Nos ministres devraient plutôt être dans les capitales européennes pour motiver les Européens à intervenir.

Notre ministre des affaires étrangères qui annonce simplement que "c'est aux Irakiens de mener le combat" oublie bien vite l'histoire de France et donne l'image d'une France spectatrice et non actrice. C'est peut-être ce que nous sommes devenus …

Oui à une intervention mais qu'elle soit plurielle avec de nombreux acteurs. Oui à une intervention durable qui ne se résument pas à une simple action militaire en "one shot". Oui à une France qui redevient un acteur principal dans le monde pour défendre de belles valeurs, pour défendre le vivre ensemble que cela soit en France comme ailleurs.

Drapeau de l'IRak

Drapeau de l'IRak

Retour à l'accueil