Pour Emmanuel Macron, le plus difficile reste à venir bien que se hisser à la Présidence de la République est loin d’être anodin. Il doit transformer l’essai. Il doit s’offrir une majorité pour pouvoir appliquer son programme. Il doit continuer à incarner le renouvellement. Pas simple.

 

Dans un premier temps, je ne crois pas nécessaire de taper sur les élus qui rejoignent « La République en Marche ». Ils quittent ou quitteront un confort d’appareil sans aucune certitude. En effet, il n’est pas certain que la greffe prenne sur le territoire et permettent à des centaines de candidats beaucoup moins médiatiques qu’Emmanuel Macron de devenir député. Pire, ils se couperont de leurs réseaux locaux, de leurs militants. Donc s’ils se lancent dans l’aventure, ne soyons pas prompts à leur taper dessus.

 

Si les potentielles recrues expérimentées prennent des risques, Emmanuel Macron aussi. Comment va-t-il intégrer les nouveaux ? Son mouvement sera épié. Les origines politiques de chacun des candidats seront relevées pour vérifier si « R.E.M » penche d’un côté ou d’un autre. C’est d’ailleurs pour cela que les investitures sont données tardivement. Il ne fallait pas décevoir avant le résultat du second tour.

 

Chez les concurrents, c’est aussi très compliqué. Le PS et les Républicains cherchent à prouver qu’ils ne sont pas morts. Deux stratégies vont par contre être employées. Pour les socialistes, le score de Benoit Hamon à la Présidentielle ne permet pas de se montrer menaçant. Ils joueront surement la partition d’alliés de circonstance (tout en assumant des divergences) avec une volonté d’accord électoraux comme la gauche en fait régulièrement.

 

A droite, LR appuiera sûrement sur ces appels du pied pour dire : Macron homme de gauche. Ainsi ils pensent pouvoir remobiliser un électorat qui a fait défaut en avril. Par contre, il faudra réussir à ne pas perdre des élus tentés par un projet « transpartisan pour la France ».

 

Nous verrons plus clair jeudi soir (avec les investitures de République En Marne) puis dimanche soir (annonce du premier ministre). Peut-être que l’un compensera l’autre ?

Retour à l'accueil