fuchsias.jpgCécile Duflot a un compagnon. Celui-ci était invité au défilé du 14 juillet en tribune présidentielle mais a laissé son fauteuil vide pour marquer son opposition au « défilé de bottes ». L’absence en elle-même n’a pas créé de polémique mais c’est le tweet (que feraient les politiques sans twitter ?) de Xavier Quantat (l’homme en question) qui a provoqué des réactions. Le reste de la polémique est surjoué. Entre les déclarations enflammées et les larmes, il y avait surement un juste milieu. Mais bon, la politique spectacle est de mise. D’ailleurs en écrivant ce tweet, Xavier Quantat savait ce qu’il allait provoquer. Nous avions déjà eu le droit à une polémique après les propos d’Eva Joli sur le sujet.
 
Parlons d’une autre femme : Marine Le Pen. Bien qu’elle ne brille guère par son absence, la fille de Jean-Marie est députée européenne (marrant pour quelqu’un qui ne fait que combattre l’Europe). Elle rémunère son compagnon, Louis Aliot, comme assistant parlementaire. Il touche 5000 € brut pour un mi-temps. Pas mal non ? Surtout quand on est déjà conseiller régional (2500€ brut) et que l’on exerce le métier d’avocat. Comment trouve-t-il tout le temps nécessaire ? L’Europe interdit d’embaucher les époux mais il n’y a aucun lien juridique entre Marine Le Pen et Louis Aliot. C’est donc légal mais est-ce moral quand on ne fait que critiquer le système ? Le peu de crédibilité de la petite Le Pen patit un peu de cette information.
 
Quand la politique devient histoire de famille, cela devient bien compliqué. Ce n’est pas François Hollande et Valérie Trierweiler qui diront le contraire…
 
 
 
 
Retour à l'accueil