1190620980.jpgSi la première arme contre la délinquance est bien l’école et la prévention, il y a un moment où il faut sévir. Si sur les routes la peur du gendarme a permis de faire baisser la vitesse moyenne (donc il n’y a pas forcément besoin M.Valls de baisser les limitations de vitesse), la peur du gendarme ne fait pas le même effet dans les quartiers. D’ailleurs, parfois, elle n’existe pas.
 
A écouter les jeunes, ils ne risquent pas grand-chose. Ils se feront taper sur les doigts par la justice et puis ils retourneront à leur vie et/ou à leur deal. De plus ceux qui iront en prison, en ressortiront avec un réseau et le respect de tous les copains. Une fois que l’on a entendu cela, car il s’agit de vrais propos tenus, on s’interroge. On se questionne aussi lorsque l’on intervient dans une bagarre et qu’un jeune adolescent vous dit : « touche moi et je porte plainte », « de toute façon, tu peux rien me faire ». Là, honnêtement, il y a des claques qui se perdent !
 
Certains aiment critiquer la justice. Les juges ne font qu’appliquer les lois même si parfois nous avons du mal à comprendre l’énoncé d’un jugement. C’est aux législateurs, ceux qui font la loi, donc aux parlementaires de prendre des décisions ! Il faut le faire clairement et se donner les moyens. Pour cela, il faut construire de nouvelles prisons, non pas pour le confort des prisonniers mais simplement pour les surveillants puissent agir. Il faut aussi travailler la réinsertion : cours de Français obligatoire pour ceux qui ne maitrisent pas la langue et/ou cours de lecture puiq formation (dans le BTP par exemple avec stages pratiques). Cela devrait être obligatoire surtout pour ceux qui souhaitent une remise de peine.
 
La réinsertion est aussi nécessaire si l’on veut que les délinquants sachent faire  autre chose que des bêtises.
 
La prison doit être perçue comme un lieu où les conditions de vie ne sont pas agréables et où les détenus ne sont oisifs. Ainsi et avec des lois claires, certains hésiteront peut-être à faire les malins en risquant de se retrouver en prison.
 
Parfois, j’en viendrais presque à me dire qu’un passage à l’armée en calmerait plus d’un. Peut-on imaginer une peine qui incorporerait certaines petites frappes dans notre armée ? Cela réapprendrait les valeurs et permettrait à tous d’avoir des bases communes !
 
Au fina, faut-il remettre en place un service militaire ou civique obligatoire ?
Retour à l'accueil