IPAN-copie-1.jpgParmi les ministres dont on oublierait presque la présence au gouvernement, il y a Benoit Hamon, le ministre de l’économie sociale et solidaire. Alors que son ministère a un véritable intérêt, le ministre a été muet ou inaudible lorsque le gouvernement suivi par la majorité parlementaire PS à supprimer le forfait fiscal pour les emplois à domicile.

  

 

Alors que sur l’on découvre sur le site du ministère de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS) une véritable envolée des emplois du secteur à partir de 2000 et surtout depuis 2005, le gouvernement va mettre fin au phénomène en taxant plus les emplois. C’est Jean-Louis Borloo qui avait vu la nécessité de favoriser l’emploi à la personne, considéré comme ESS. Il y avait non seulement le besoin, vieillissement de la population et places en crèche insuffisante, mais aussi une nécessité, combattre le travail au noir en incitant les particuliers à déclarer leurs employés (nounou, femmes de ménage, aide aux devoirs, aide à domicile, dépendance, etc…).

  

 

En supprimant le forfait fiscal, les particuliers devront payer plus de taxes sur les salaires payés plus cher que le smic. Donc, pour la même somme dépensée, le salarié touchera un net moins élevé ou ne sera plus déclaré. Résultat : soit une baisse du pouvoir d’achat soit une baisse des rentrées fiscales et hausse du chômage.

  

 

Alors on peut se poser une question : à quoi sert le ministre de l’économie sociale et solidaire ? Il n’a pas défendu la principale filière d’emploi dans l’ESS ? Va-t-il se contenter de valoriser les mutuelles et les SCOP ou alors de pleurer les disparitions d’emplois ?

 

Retour à l'accueil