de-gaulle.jpg

Cette question peut paraître absurde, d’un autre temps. Pourtant, les Etats Unis, l’Allemagne, l’Italie et bien d’autres pays voient leur président désigner par les grands électeurs. En réalité, il est logique de s’interroger. Les Français votent-ils pour (ou contre) un programme ou pour (ou contre) un homme

 

 

 

? Pour se faire plaisir, nous pourrions dire que nous sommes tous attentifs aux différents programmes, que nous les avons tous comparés. La vérité est hélas différente. Hormis deux ou trois propositions, les Français ont surtout choisi le slogan et la personnalité.

François Hollande a bien compris que l’élection présidentielle est bien l’élection d’un homme. En 2012, il promettait le changement et surtout dans la façon d’exercer le pouvoir. Souvenez-vous de ce président « normal » qui au final n’a pris le train qu’une fois pour un coup de com’. Le Général de Gaulle voyait l’élection présidentielle comme la rencontre d’un homme avec la nation. Mais existe-t-il encore aujourd’hui un homme providentiel ? De même, il m’arrive d’entendre que le niveau des discours des hommes politiques a baissé mais j’ai une question : les hommes politiques ne se sont-ils pas adaptés au public en privilégiant la forme et les petites phrases ciselées aux longues démonstrations de fond ? Cela pousse donc à la disparition des potentiels sauveurs de la nation.

 

 

La France a besoin d’idées et d’une ligne directrice claire. Les Français doivent se décider sur ces idées et non pour ou contre des hommes. N’oublions pas que les hommes ne sont pas éternels par contre leurs idées ou réalisations peuvent exister durant des dizaines et dizaines d’années.

 

La question devient donc : pourquoi de ne pas voter pour des programmes portés par des listes ou des candidats au parlement ? Ensuite les élus désigneraient le président. Je rappelle que l’élu préféré des Français est le maire et que celui-ci est désigné par ce processus. En mars, les électeurs voteront pour une liste portant un programme. Les élus désigneront alors le maire de la commune. Cela ne provoque pas de distance entre l’édile et la population. Alors pourquoi ne pas faire de même pour le Président de la République ?

 

 

Alors doit-on supprimer l’élection présidentielle au suffrage universel direct ?

 

Retour à l'accueil