implosion.jpg« Notre maison brûle et nous regardons ailleurs » disait Jacques Chirac en ouverture de son discours à Johannesburg. Pour éviter que nos quartiers s’embrasent certains membres de la majorité, dont des ministres, proposent une idée fumeuse : dépénaliser le cannabis. Est-ce un simple écran de fumée ou pensent-ils vraiment que les trafics s’arrêteront lorsque l’herbe et la résine seront dépénalisées ?

 

Si oui, ils doivent aussi penser que pour apaiser nos cités, nous devons rendre le port de la Kalachnikov possible pour tout citoyen et nous devons permettre aux supermarchés la vente de cristaux de méthamphétamine. Il suffit de voir qu’aux Pays-Bas, les dealers existent toujours et proposent des drogues dures aux chalands et doncqu'un trafic remplace l'autre.

 

Si la dépénalisation peut sembler un détail pour certains, il s’agit en réalité d’une vision de la société et de la façon de répondre aux problèmes. Si l’on considère que l’on résout un problème en légalisant alors pour lutter contre le chômage, légalisons-le. Tiens c’est marrant, certains veulent au contraire interdire les licenciements. On s’y perd comme si l’on était un membre du gouvernement qui avance puis recule, puis fait un pas de côté pour au final, qui repousse la décision.

 

Hormis le débat sur le fond du problème car on peut toujours avoir des opinions différentes, il y a la question de la forme (pas celle du cône, évidemment). Si la diversité des idées enrichit le débat, les différences de point de vue nuisent à la crédibilité du gouvernement. La ligne directrice dessinée par Jean-Marc Ayrault et ses ministres ressemble aux dessins de mon fils de 9 mois : des gribouillis sans queue ni tête qui se terminent là où ils ont commencé. Oui, mon fils n’a pas encore le trait de Van Gogh ou de Vinci. Mais ce qui est logique pour un enfant de 9 mois est dangereux pour un gouvernement et pour le pays qu’il dirige.

 

S’il y a autant couacs visibles, c’est qu’en réalité, il y a de véritables divergences au sein de ce gouvernement. Lorsque qu’une photo est floue, la recadrer ne l’a rend pas plus nette. Mais François Hollande aime bien entretenir le flou d’après ses amis du PS donc nous ne sommes pas près d’y voir clair avec ce gouvernement.

Retour à l'accueil