1G1002_cimetiere_mort_croix.jpgFlorange, Aulnay, Petit-Couronne, le tour de France des promesses d’Arnaud de Montebourg continue de se transformer en Tour de France des désillusions. Le gouvernement Hollande provoque de sérieuses déceptions. La machine industrielle française est en panne et ce n’est pas les grands discours lyriques du ministre du redressement productif (rarement un ministère aura aussi mal porté son nom) et les orientations économiques du gouvernement qui inverseront la tendance !
 
La France manque de compétitivité. On peut sortir toutes les études que l’on veut, il y a un fait indéniable : les usines ferment et les employés restent sur le carreau. On parle souvent des investissements des entreprises en France mais on oublie de parler du désinvestissement. Nous avons besoin d’entreprises qui aient envie de mettre quelques euros en France. Nous avons besoin de dire : gagner de l’argent ce n’est pas une tare. Au lieu de cela, être moins pauvre que les autres est devenu une tare.
 
L’image de notre pays, où l’on jalouse ceux qui réussissent, où on les taxe plus pour être moins en déficit et où certains ont l’impression qu’ils gagneraient plus en profitant des aides en étant au chômage au lieu de travailler, se dégrade car nous n’avons plus de lignes directrices.
 
Alors au lieu de faire de grandes promesses assassines, il serait vraiment tant que le gouvernement comprenne quelque chose à l’économie et ainsi réponde vraiment au besoin des Français : c’est-à-dire l’emploi qui passe forcément par le développement économique.
Retour à l'accueil