Avant-hier, j’écrivais ici que les dirigeants politiques ne séduisaient pas les Français et que cela expliquait aussi la moindre ruée vers les mairies (par rapport à 2006). Hier, Canal Coquelicot m’interrogeait sur mes écrits et j’ai confirmé qu’au niveau national, ni l’UMP, ni le PS n’arrivaient réellement à stimuler les foules (d’ailleurs, il suffit de voir le faible nombre d’adhérents par rapport aux autres grands partis des autres pays européens). J’ai pris comme exemple Nicolas Sarkozy et François Hollande mais aussi des exemples locaux comme les potentiels candidats de ces deux partis aux prochaines élections législatives.

 

Aujourd’hui, je confirme encore mes propos. Les hommes et les femmes politiques ne font pas rêver. C’est encore plus grave car même l’opposition qui pourrait sembler être la solution à tous les problèmes n’arrive pas à paraitre crédible. C’est simplement déprimant.

 

Que les militants de tous bords, pour qui j’ai le plus grand respect, ne le prennent pas comme une attaque personnelle, ni les possibles candidats d’ailleurs. Il s’agit d’un simple constat, clair, net et précis que l’on peut tous faire en écoutant les gens dans la rue, dans les cafés, dans les transports. D'ailleurs d'après un sondage récent, 3 Français sur 4 sentent les candidats éloignés des préoccupations des Français. C’est à nous de remonter les manches pour changer les choses. Mais si l’on n’écoute pas les citoyens, le fossé ne fera que s’agrandir entre les élus et la population.

 

 

Retour à l'accueil