banque9io.gifDepuis la révolution, les Français aiment mettre au pilori un coupable. Une tête doit être coupée et exposée sur une fourche ou sur un pieu pour que l’opinion publique puisse huer. Jérôme Kerviel a le profil idéal. C’était un trader, ces hommes et femmes que l’opinion aime jalouser à cause des salaires mirobolants (justifiés ou non), que l’opinion aime détester parce que faisant de l’argent avec de l’argent.

 

La Société Générale, une banque qui ne peut se permettre d’être haïe, devait faire un exemple : oui, elle a perdu de l’argent à cause d’un homme seul. A-t-elle profité de son travail auparavant ? Chut, il ne faut pas le dire. Non, il ne faut surtout pas évoquer le fait que la SG ait pu profiter des intuitions de ce trader avant que celui-ci fasse de mauvais choix.

 

La SG était-elle au courant ? Non. Comment pourrait-on imaginer que cette banque puisse s’assurer du travail de ses employés ? C’est vrai pourquoi une banque qui brasse des milliards d’euros, vérifierait ce que font les hommes et les femmes, qui travaillent pour elle, avec l’argent ?  Ah, il parait qu’en réalité, Jérôme Kerviel avait réussi à leurrer tout le monde. Il devait aussi leurrer ses supérieurs lorsqu’il faisait faire des bénéfices à l’entreprise. Quel magicien ce Jérôme !!

 

Plus sérieusement, doit juger la magie noire de mister Kerviel ou la pseudo-incompétence de la Société Générale qui n’aurait rien détecté ? Suis-je le seul à penser que Jérôme Kerviel ressemble à ces femmes que l’on brûlait parce qu’elles étaient considérées comme des sorcières ? 

Retour à l'accueil