larme.jpgLe rapport Gallois évoque un « choc de confiance ». Le gouvernement nous présente un projet mêlant eau tiède et … eau tiède. Le rapport Gallois évoque une « situation d’urgence », le gouvernement nous propose des mesures qui prendront vie en 2014, 2015 et 2016. Heureusement que nos services d’urgence agissent plus vite. Espérons que les entreprises à l’agonie puissent survivre d’ici là.

 

Louis Gallois proposait une baisse des charges de 30 milliards d’euros (20 milliards pour les entreprises, 10 milliards pour les salariés). Le gouvernement propose un crédit d’impôt de 20 milliards. Cela veut dire qu’au lieu de faire simple et de baisser les charges directement, on va créer une machine à gaz complexe qui ne va pas améliorer la situation des entreprises à court terme. En effet, pour obtenir le crédit d’impôt, il faudra tenir jusqu’à fin 2013 alors que de nombreuses PME sont déjà prises à la gorge.  Quid des 10 milliards de réductions de charges pour les salariés ?

 

Louis Gallois évoquait une hausse de TVA pour financer cela. La TVA sociale était attendue. En juin, le gouvernement la supprime, en novembre il la réinstaure. La hausse sera de 0,4 points pour le taux dit « normal » et de 3 points pour le taux dit « réduit » (pour info, ce taux a déjà pris 2,5 point au 1 janvier 2012). Les produits de nécessité verront eux une diminution de la TVA de 0,5 point.

 

Enfin, Louis Gallois préconisait une fiscalité écologique pour financer la baisse des charges, la fameuse taxe carbone. Jean-Marc Ayrault va la mettre en place en 2016. Rappelons que le PS était contre la taxe carbone Sarkozy car il fallait que l’argent de la taxe aille à l’environnement ce qui ne sera pas le cas. Encore une fois, c’est la dure réalité des choses qui se fait sentir. Oui, le projet PS n’était pas à la hauteur.

 

J’espère que les parlementaires arriveront à faire accélérer le calendrier !

Retour à l'accueil