implosion.jpgLe député-maire de Drancy est un homme talentueux mais hier il a joué une partition qui l’a desservi à deux niveaux. Premièrement, il y a la forme. Faire venir des bus de Seine-Saint Denis pour s’assurer d’être applaudi, pour faire la clap n’est pas choquant mais faire venir des cars pour huer un membre du parti, son président n’est pas digne de la politique voulue par les centristes. Les militants présents ont été choqués par ce pourrissage nauséabond du Congrès.

 

Secondement, sur le fond. Jean-Christophe Lagarde s’est trompé de congrès. L’objectif n’était pas de choisir le président du Nouveau Centre (sinon Hervé Morin aurait d’aileurs gagné assez largement) mais de choisir une ligne politique. Il est difficile de critiquer Hervé Morin pour une aventure solitaire alors que les fédérations et les militants étaient derrière leur leader. D’ailleurs le score d’hier valide l’aventure pré-présidentielle d’Hervé. Mais il est encore plus difficile d’attaquer le raid prétendu solitaire d’Hervé quand soit même on appelle à voter Borloo en septembre, puis on rencontre Bayrou en décembre et que l’on finit porte-parole de N.Sarkozy en février sans jamais en avoir demandé l’avis des militants alors que l’on est le président exécutif du parti.

 

Après un tel spectacle, Nicolas Sarkozy pourrait s’interroger sur le fait que Jean-Christophe Lagarde soit le meilleur représentant de la famille centriste pour sa campagne. Après un tel spectacle, le Parti Radical pourrait s’interroger sur la capacité de Jean-Christophe Lagarde à être un partenaire fiable dans la reconstruction des centres, du centre. Après un tel spectacle certaines fédérations pourraient s’interroger sur l’opportunité de conserver JC Lagarde comme président exécutif du parti.

 

Je n’ai rien contre le député – maire de Drancy mais honnêtement ce qu’il nous a présenté samedi ne l’honore pas et ne correspond pas à ma vision de la politique.

Retour à l'accueil