pouce.jpgLes nominations de la banque publique d’investissement sont délicieuses. Entre Ségolène Royal, qui cherchait à revenir sur la scène nationale et Jean-Paul Huchon, qui a été condamné pour prise illégale d’intérêts, le casting est d’une qualité sans pareil. Parmi les grandes questions que l’on peut se poser : à l’heure où les socialistes parlent du non-cumul, peut-on imaginer que le Poitou-Charentes et que l’Ile de France peuvent se passer de leur président de région ?

 

Si les médias focalisent sur Ségolène Royal, ils feraient mieux de s’interroger sur le choix de Jean-Paul Huchon. Le président de la région Ile de France est-il la meilleure image que peut donner le gouvernement PS d’une banque publique ? Si oui, la probité doit être une denrée rare chez nos amis socialistes. J’espère qu’il s’agit d’une erreur de casting.

 

A l’heure où les Français considèrent que les politiques sont corrompus, mettre en avant un homme qui s’est enrichi grâce à l’argent des contribuables n’est pas des plus judicieux. Il faut réellement que la politique change de logiciel pour arriver à une véritable probité.

 

Enfin, on peut s’interroger sur le fait qu’une banque publique d’investissement soit politisée à ce point. La BPI peut-elle vraiment être objective ?

Retour à l'accueil