folie.gifPour sortir de la crise, les pluparts des hommes politiques prônent l’union. Que ce soit l’union des peuples ou l’union des pays européens au niveau international ou bien l’union nationale dans chaque pays, l’idée est bien de travailler ensemble. Or depuis quelques jours, on ne peut que s’inquiéter de l’état de la gauche qui espère arriver au pouvoir à l’occasion des élections de 2012.

En effet, entre l’ultimatum d’Eva Joly et les bons mots de Jean-Luc Mélenchon, on ne peut pas dire que François Hollande arrive à faire d’union avec ses propres alliées. D’après Cécile Duflot, les Verts seraient près à refuser un accord électoral s’ils n’obtiennent pas ce qu’ils veulent et le leader du Front de Gauche considère que François Hollande est un capitaine de pédalo en pleine tempête.

Je ne sais pas si François Hollande est un capitaine de pédalo, mais il est sur que lorsque l’on affronte un gros temps, l’équipage ne peut pas jouer à la croisière s’amuse. Chacun est libre de proposer des alternatives mais là, le fossé s’élargit de jour en jour entre les trois grosses composantes de la gauche. Comme localement, le PS tient les collectivités avec ses alliées, si François Hollande gagne, il sera obliger de tenir compte des verts et rouges.

Peut-on réellement imaginer un tel attelage à la tête du pays alors qu’il nous faut sortir de la crise ?

Retour à l'accueil