pieces_echecs.gifInfo ou intox ? Les nouvelles se succèdent les unes aux autres. Les médias sont devenus une arme de conviction massive. Rien de mieux qu’une information forte, que des images pour sensibiliser l’opinion à une cause. Le problème est que parfois la dite information n’en n’est pas une. Parfois, il s’agit de communication bienveillante ou malveillante.

Les rumeurs que l’on découvre dans la presse sont un exemple. Même si elles sont infondées, le grand public garde en mémoire les bruits. De même, personne n’oublie le fameux « il n’y a pas de fumée sans feu ». Donc certains n’hésitent pas à se répandre en de fausses informations pour nuire. Aussi, pour se faire une idée, il ne faut pas hésiter à multiplier les sources. Bien qu’ils permettent parfois de lever une grosse affaire, les bruits sont souvent malodorants.

La guerre de l’information ou de la désinformation a aussi une grande importance dans les situations de conflit. La réapparition à la télévision de la première « martyr syrienne » en est un exemple. Alors que l’opposition avait expliqué qu’elle était morte, la jeune demoiselle est apparue à la télévision hier. D’après les organisations humanitaires, l’annonce de sa mort fut une erreur de bonne foi. C’est peut-être vrai mais cela a provoqué de nombreuses manifestations dans de nombreux pays arabes. Info ou intox, cela a eu un rôle.

Il est devenu nécessaire pour gagner une guerre de gagner celle de l’opinion. C’est donc à nous que revient la tâche de faire la part des choses, de vérifier les informations qui nous font bondir (n’est-ce pas les lycéens qui manifestent contre une réforme imaginaire).

Retour à l'accueil