panneaux-solaires-et-eolienne.jpgEva Joly a taclé François Hollande et se retrouve au cœur d’une polémique. Même certains des plus proches soutiens l’abandonnent. La question du nucléaire reste un sujet difficile. Pour autant, ne soyons pas lâches, osons aborder sereinement la question des centrales atomiques. Faut-il vraiment suivre nos voisins allemands ?

 

Concrètement, si l’on arrête les centrales nucléaires, nous devons user de centrales thermiques (charbons, gaz, pétrole). Hormis l’augmentation des émissions de CO2, il y a une donnée importante : l’augmentation de la demande des énergies fossiles va jouer sur les prix du baril, du gaz. Cela provoquera une augmentation du coût de l’énergie mais aussi du chauffage et du carburant ! Il faut donc anticiper une hausse du coût du transport des matières premières et donc une hausse des prix des produits finis.

 

Evidemment, si nous étions capables de compenser la perte de l’énergie nucléaire par les énergies renouvelables, nous n’aurions pas ce problème mais ce n’est pas le cas. Il faut bien sûr fermer les vieilles centrales mais il faut les remplacer par l’EPR qui est plus sûr, tout en développant les énergies alternatives. Le mix énergétique français doit varier vers plus d’énergies renouvelables mais nous ne pouvons pas nous passer du nucléaire dans les années à venir.  

 

Rappelons que pour réaliser des panneaux photovoltaïques, les industriels ont besoin de « terres rares » qui sont extraites dans des conditions environnementales déplorables.

 

Enfin interrogeons-nous sur une baisse de la consommation souvent présentée comme une solution. Alors qu’il y a toujours plus de logements à chauffer, qu’il y a toujours plus de voitures électriques sur le marché, peut-on réellement croire à une baisse de la consommation d’électricité suffisante pour fermer des centrales nucléaires sans remplacer ces sources d’énergies ?

Retour à l'accueil