Solidarite.jpgLe Président de la République a énoncé : « Je ne suis pas favorable à la régularisation des étrangers en situation irrégulière ». Pourtant l’administration française crée, chaque jour, des sans-papiers en ne renouvelant pas dans les temps les titres de séjours. Débordée ? Peut-être, mais ce sont les administrés qui en payent les conséquences. Sans papiers, ils peuvent perdre leur travail, leurs allocations et tomber dans une spirale infernale en perdant leur logement ou étant forcé de travail sans être déclaré par des employeurs peu scrupuleux.

 

Alors avant même de penser à durcir les conditions d’accès à la nationalité, aux titres de séjour, il est important de mettre en place les moyens nécessaires pour que l’étude des dossiers en cours soit réalisée rapidement et que des familles entières ne tombent pas dans la précarité à cause de l’Etat.

 


Des réponses telles que « sans nouvelle de notre part dans les trois mois, considérez que la demande est rejetée » ne doivent plus exister. Les demandeurs de titres de séjour méritent le même respect que tous les citoyens, ils ont le droit à une réponse même si celle-ci est négative.

 

Une fois que nous serons capables de répondre aux demandes de manière civilisée alors l’Etat pourra s’interroger sur les critères supplémentaires pour obtenir des titres de séjour ou la nationalisation."

Retour à l'accueil