plume.gifSouvenez-vous l’an 2002. Les médias étaient accusés dans faire trop, de trop médiatiser l’insécurité. En 2007, François Bayrou attaqua à son tour les médias. En 2012, Jean-Luc Mélenchon entama sa campagne par des critiques continues du système médiatique. Il fut repris par Marine Le Pen et maintenant c’est l’UMP qui utilise l’argument.

 

On peut donc s’interroger. Est-ce des attaques calculées, une dénonciation légitime ou un ressenti ?

 

 

Attaques calculées

 

Le système politico-médiatique est souvent dénoncé. Alors lorsqu’un candidat critique les médias, il génère l’écoute d’un public. Il suffit de voir que l’attaque des journalistes se traduit régulièrement par un bon score. De plus en attaquant les médias, l’UMP reprend le discours du FN et donc espère favoriser le report de voix.

 

 

Dénonciation légitime

 

Un journaliste a un esprit critique. C’est dans ces gènes et dans les gènes du métier. Aussi, la presse a tendance à étudier le bilan de Nicolas Sarkozy. On ne peut s’interroger que sur ce qui existe. Ainsi la presse a plus de faciliter à s’en prendre au Président de la République qu’à François Hollande. De plus, il faut reconnaitre que la presse d’opinion penche vers la gauche. A la limite, les lecteurs savent ce qu’ils achètent et le font en toute conscience. Le problème se pose alors pour les télévisions et pour les radios.

 

Un ressenti

 

Les auditeurs, spectateurs ou lecteurs ont déjà un avis. Aussi si un des membres de la mouvance soutenue est bousculé par un journaliste alors on a régulièrement l’impression que le journaliste en fait trop. Par contre, ce dernier n’en fait jamais assez vis-à-vis d’un adversaire.

 

Au final, je n’apporte pas de réponses car chacun aura la sienne. La seule chose qui me semble incontestable c’est que les médias ne parlent pas assez des vrais sujets et qu’ils oublient totalement de valoriser ma beauté et mon intelligence incommensurable. Une voix résonne dans mon oreille et me dit : « Pierre, pardonne leur : ils ne savent pas ce qu’ils font ».

Retour à l'accueil