plume.gifA la suite des révélations de Jérôme Cahuzac, le gouvernement et la majorité socialiste nous ont vendu de la transparence. Si le texte final est repoussé à la rentrée (l’urgence n’est plus de mise), les socialistes nous prouvent encore que la transparence est un concept bien flou, bien opaque. Alors qu'un commission d'enquête parlementaire, à l'initiative de l'UDI, questionne de nombreuses personnes pour bien comprendre les tenants et les aboutissants de l’affaire Cahuzac, les socialistes ont bloqué l’audition du premier ministre, Jean-Marc Ayrault.
 
Si les parlementaires souhaitaient entendre le premier ministre, ce n’est pas par plaisir, c’est simplement parce qu’il existe des incohérences et même des divergences entre les propos des différents protagonistes qui étaient ministres à l'époque. Comment définir les responsabilités de chacun si le PS fait obstruction ? Pour les socialistes, J.Cahuzac va servir de coupable idéal: c’est un menteur, il a menti, il ment et il mentira toute sa vie. C’est tellement facile de se draper dans un drap blanc, de jouer les vierges effarouchées face à un homme qui a été attrapé par la patrouille et les médias.
 
Si le gouvernement n’a rien à se reprocher pourquoi refuser l’audition de Jean-Marc Ayrault ? Serait-il possible que l’oie noire ne soit pas issue d’une portée immaculée ? Les socialistes en freinant la recherche de la vérité font le jeu des antipolitiques. Qu’ont-ils à cacher qui en vaille la peine ?
Retour à l'accueil