229970C-Double_Face_colpor.jpgLa candidate Front National à l’élection présidentielle s’amuse avec les affaires. Il faut dire que le PS alimente l’actualité judiciaire avec ses fédérations et que le financement de l’élection présidentielle de 1995 reste toujours un mystère pour le candidat favori des sondages à l’époque (Edouard Balladur). Il est facile de critiquer ceux qui ont mis le doigt dans la confiture ouverte, posée devant eux par des personnes très sympathiques. Mais qui dit que les élus FN n’auraient pas non plus mis la main ?

 

Le FN n’étant pas aux affaires dans les collectivités, il n’y a évidemment pas d’affaire récente. Mais lorsque le parti a été aux manettes d’une ville, les élus ont-ils été exemplaires ? Prenons l’exemple de Toulon. La ville a été gérée de 1995 à 2001 par un maire FN, Jean -Marie Le Chevalier. Le couple Le Chevalier, madame était adjointe au maire, a été condamné en appel pour détournement de fonds publics et complicité d’abus de confiance.

 

Le FN a géré 4 villes (Marignane, Orange, Toulon et Vitrolles). Dans un cas, l’élu a été condamné. Cela représente 25% des cas. Heureusement que 25% des élus des autres partis ne sont pas concernés par des plaintes ou par des affaires. Dans chaque parti, dans chaque groupe, il y a des brebis galeuses. C’est vrai en politique, mais aussi dans les syndicats, chez les patrons, partout. L’objectif n’est pas de dénoncer mais de trouver une solution. Que propose Marine Le Pen pour que certains élus cessent de détourner l’argent public de son rôle initial ? Pour l’instant, je n’ai pas entendu grand-chose.

Retour à l'accueil