pouce.jpgArnaud Montebourg et le gouvernement ont choisi de forcer la main à ArcelorMittal. Soit la société vend la totalité de son site de Florange soit elle investit pour que le site redémarre son activité soit l’Etat nationalisera le site. Si la nouvelle est forcément bien vue par les salariés et par les riverains, même s’ils feraient bien d’attendre que cela soit concret avant d’ouvrir le champagne, elle est en réalité dangereuse.

 

Il ne s’agit pas seulement d’une différence d’appréciation idéologique sur le rôle de l’Etat. Il faut voir la portée du message. Premièrement, dès qu’une société va aller mal, les salariés voudront être nationalisés « temporairement » pour éviter les plans sociaux. On voit que dès aujourd’hui des leaders syndicaux appellent à nationaliser les Chantiers Navals de Saint-Nazaire. Il faudra soit gérer la colère des salariés qui ne seront pas satisfaits d'une réponse négative soit tout nationaliser. Deuxièmement, il faut trouver l’argent. C’est bien de dire que l’on reprend les sites mais les finances de l’Etat ne sont réputées pour être excédentaires bien au contraire. Va-t-on vendre les bijoux de famille ou allons-nous être ponctionnés encore plus ? Oui, si l’Etat reprend Florange, ce sera avec notre argent.

 

Troisièmement, quel signal envoie-t-on aux investisseurs étrangers ? Si votre politique économique ne correspond pas à l’idée gouvernementale alors le gouvernement envisagera une nationalisation. Je suis sûr que cela fait bondir de joie ceux qui comptaient investir en France.

 

C'est vrai que d'autres pays ont eu recours à la nationalisation. Mais ce fut pour sauver les banques, pour sauver l’économie et les économies des particuliers et non l’industrie.

 

Au lieu de dire aux investisseurs qu’ils ne sont pas les bienvenus, au lieu de punir la création de richesses, au lieu décourager les entrepreneurs, au lieu de s’accommoder de la hausse continue et importante du chômage, le gouvernement devrait changer son approche des entreprises. Non les patrons ne sont pas des adversaires mais bien des partenaires ! 

Retour à l'accueil