plume.gifLors d’un débat hier soir à la MJC/MPT de Noisiel sur le droit de vote des étrangers, la loi sur le non-cumul des mandats a été abordée. Il m’est venu à ce moment une réflexion, un problème que je n’avais encore vu, un côté pervers de cette loi incomplète. On pensait que cette loi allait favoriser le renouvellement de la vie politique mais ne serait-ce qu’un leurre ?

 

Je m’explique. Cette loi interdira le cumul des mandats lors que l’on est parlementaire (à partir de 2017). Donc certains vont devenir parlementaire à vie car n’ayant que ce mandat. Lorsqu’ils voudront devenir maires, ceux en placent, les maires à vie, ne voudront pas laisser la place. Oui, nous aurons des élus à vie dans leur mandat. Ils seront spécialisés : députés, sénateurs, maires, etc… Donc ils seront encore plus électoralistes.

 

Si la démocratie se meurt du fait qu’il n’y est pas de nouvelles têtes, ce n’est pas le fait d’avoir toujours les mêmes parlementaires qui va améliorer les choses. Si l’on veut vraiment inciter au renouvellement de la vie politique, il faut que cette réforme s’accompagne du non-cumul dans le temps. Il faudrait limiter comme pour le mandat de présidentiel à deux mandats consécutifs afin d’apporter une nouvelle énergie, de nouvelles idées. Des villes se meurent d’ailleurs d’avoir des maires en place depuis des décennies. Par exemple, à Noisiel, le maire est en place depuis 1980 et se représente. Qu’est-ce qu’un maire en place depuis 5 mandats et demi peut apporter de nouveau à la commune ?

 

Ce qui est vrai pour Noisiel est vrai pour les autres communes. Donc si la loi sur le non-cumul des mandats conduit à généraliser ce type de comportement, qui empêche l’émergence de nouveaux élus, alors elle nuira en réalité à la démocratie.

Retour à l'accueil