Solidarite.jpgNombreux sont les déçus de la politique actuelle. Certains ont appelé à voter pour François Hollande et se rendent bien compte aujourd’hui que la politique menée par le gouvernement n’a ni queue, ni tête. Ils comprennent bien qu’il n’y a pas de capitaine à bord du bateau France. Rien ne prédestinait la France à être livrée à elle-même, à être tirée à hue et à dia par des ministres en manque de notoriété mais sans concrétisation des paroles.
 
Acceptons ces personnes. Acceptons qu’à un instant T, nous n’ayons pas eu le même avis. L’important ce n’est pas d’où l’on vient. L’important c’est le projet commun que l’on veut mener. Evidemment, il y a des rancunes et des rancœurs mais les politiques peuvent-ils se laisser guider par la passion ? Personnellement, je ne le crois pas. Nombreux sont ceux qui se sont considérés trahis, et cela dans tous les groupes. Maintenant, il nous faut passer au-delà. La France mérite mieux que des querelles de cours de récréation.
 
Evidemment, parmi les déçus, il y a ceux qui se sont rapprochés des populistes nationalistes. C’est un acte récurrent. A chaque crise, les extrêmes gagnent en popularité. Notre rôle est évidemment de lutter contre cette absence de solution qui crée le semblant de programme de ces partis. Notre rôle est évidemment de faciliter le développement des entreprises et donc les emplois. Notre rôle est évidemment de faire comprendre que si la France ne peut s’en prendre qu’à elle-même et ne doit pas chercher à se défausser sur les autres.
 
C’est ensemble que nous pouvons construire pour nos enfants et cela que les personnes aient appelées à voter Hollande ou non.
Retour à l'accueil