tente.jpgLe ministre de l’Enseignement et de la Recherche vient une nouvelle fois de faire parler de lui en avançant une proposition détonante. Il veut « réserver une partie des logements sociaux à ceux qui travaillent ». Après avoir parlé de cancer de l’assistanat, il s’attaque de nouveau aux chômeurs. Salaud de pauvres ! Essayons de comprendre ce qui pousse la droite sociale (comme quoi le nom ne définit pas les idées) à avancer de telles suggestions.

Avant cela, il est important de bien comprendre que les offices HLM s’assurent déjà des revenus des possibles locataires avant d’ouvrir les portes d’un logement. Donc oui, il y a donc déjà une priorité. De plus, on sait que sans logement, il est très, très compliqué de trouver un travail. Aussi, si l’on ferme les portes des logements sociaux aux chômeurs alors on perpétue le cercle vicieux et ces derniers ne peuvent plus vivre que de l’aide étatique. En voulant moins aider certains, on devra les aider encore plus de temps.

En réalité, Laurent Wauquiez le sait très bien. Il sait très bien qu’un tel système ne peut fonctionner. Il a choisi de s’adresser aux classes moyennes, celles-ci ont le sentiment, parfois justifiés, que ceux qui gagnent moins bien leur vie qu’elles, arrivent tout de même à mieux vivre grâce aux aides de l’Etat, du Conseil Général, de la municipalité. 

Ainsi pour s’attirer les grâces et les voix des classes moyennes, Laurent Wauquiez réalise un pilonnage en règle des plus pauvres. Il ne propose rien de réalisable ou rien de nouveau. Son ambition est simple : Insinuer que l’UMP va vraiment instaurer un véritable fossé entre les plus pauvres et les classes moyennes. Sauf qu’au lieu de favoriser les classes moyennes, il propose de pénaliser les plus défavorisés. Dans l’inconscient collectif, on retiendra que Laurent Wauquiez cherche à aider les classes moyennes.

Cela a deux autres intérêts : réaliser des ballons d’essais pour voir comment la population réagit aux idées et préparer la sortie d'un livre qui sortira dans quelques jours.

Un brin populiste, un brin intelligent, Laurent Wauquiez avance tranquillement mais pour l’instant, il oublie tout de même le « mieux vivre ensemble ».

Retour à l'accueil