Solidarite.jpgLa gauche échoue sur les questions de logements (aucun bâtiment n’a été réquisitionné contrairement à ce que laissait entendre la ministre), d’emploi (le chômage continue sa folle ascension), de climat apaisé (les manifestations successives contre le mariage pour tous, contre la loi sur l’accord syndicat-patronat, etc..). Mais qui peut réussir ? Quel parti a aujourd’hui une ligne claire ?
 
Le problème des grands partis réside dans la diversité des personnes qu’ils accueillent. C’est vrai au PS comme à l’UMP. D’un côté, on se castagne sur les questions de ligne économique (ce qui n’est pas rassurant pour une équipe en place et au commande de la France). De l’autre, on s’invective sur les questions sociétales. Au final, on peut se demander si le lien dans ces partis n’est pas le seul fait d’être dans une grande structure. Mais au final cela ne dégage aucune ligne directrice claire. 
 
De nombreux politiques ont bien compris que l’on est médiatique en tapant sur son camp. Quand Arnaud Montebourg, Benoit Hamon critique la ligne économique, ils le font pour être repris par les médias. Quand l’un des candidats à la primaire UMP de Paris prétend que NKM ment, il sait que les médias vont parler de l’événement. Quand l’un des leaders de la Droite Forte attaque à son tour NKM, c’est pour être repris.
 
D’ailleurs la droite devrait se méfier parce qu’à force de s’interroger sur ce qu’elle fera ou non en 2017, elle risque de manquer les rendez-vous électoraux. On prépare l’avenir en travaillant sur un projet (comme peut le faire l’UDI par exemple qui en plus sera incarné par un contre-gouvernement) tout en travaillant à la reprise des communes, des départements, des régions.
 
Soyons clairs, ayons un projet défini et c’est ainsi que nous ne laisserons pas la place aux extrêmes qui se nourrissent des échecs et des malheurs des Français. Cela débute dès aujourd'hui.
Retour à l'accueil