plume.gifLe chômage grimpe, les prix augmentent, le gouvernement a trouvé la solution : l’enseignement de cours de morale laïque à l’école. Nous sommes sauvés. Merci Vincent Peillon, c’est sûrement la réforme essentielle qu’attendait l’enseignement scolaire. Bien sûr, comme pour toutes les idées de ce gouvernement, le ministre va lancer une commission. Evidemment, ce serait trop professionnel pour ce gouvernement d’avoir déjà consulté, d’avoir déjà préparé un texte avant de lancer à la presse une idée qui devrait être appliquée dès 2013.

 

Bientôt les enseignants seront éducateurs. Ils devront expliquer ce qui est bien ou non. Il faut tout de même espérer que les enfants ne seront pas ballotés entre la morale familiale et la morale de l’éducation nationale. Peut-être doit-on d’ailleurs demander aux parents de ne plus du tout inculquer de valeurs à leurs enfants pour éviter tout risque de problème ? Au moins, on ne pourra plus dire que certains parents sont démissionnaires, ils le seront tous. C’est l’égalité par le bas.

 

Revenons au côté pratique de l’idée. Il n’est pas question de remettre en cause la probité des professeurs. Mais chaque être humain plaçant les curseurs de la morale à différents niveaux, il va être difficile d’assurer à chaque élève le même enseignement surtout sur une matière qui ne repose sur rien de concret.

 

Enfin, s’il s’agit seulement d’essayer de propager le civisme aux plus jeunes, il suffit peut-être de revoir le programme d’éducation civique et le temps qui peut y être consacré au lieu d'en faire l'alpha et l'oméga de la politique éducatuve française.

 

En matière d’éducation, la question que l’on devrait se poser : c’est comment faire mieux avec autant mais ce sera le sujet d’une autre de mes prises de position immorale.

Retour à l'accueil