blabla.jpgL’appât du gain a poussé les verts à oublier leurs grandes déclarations de la semaine dernière pour aller à la soupe. Où sont les « sans arrêt de l’EPR pas d’accord » ou les « mieux vaut tenir ses convictions que d’obtenir un groupe à l’Assemblée Nationale » ? Autant dire que le virage est brutal et simplement triste. Comment pourra-t-on voter pour des candidats qui annoncent blanc le lundi et font noir le mardi ? Si les Verts visaient d’abord un accord électoral et non un accord programmatique, il ne fallait pas faire de telles déclarations, des ultimatums.

Quand on a des convictions aussi chevillées au corps, comment peut-on s’assoir dessus ? Est-ce cela la vision de la politique qu’Europe Ecologie veut présenter aux Français en 2012 ? Personnellement, je ne crois que cela grandisse l’image de la politique et des politiques. Encore une fois, cela donne l’impression de « faites ce que je dis, pas ce que je fais ».

Jean-Vincent Placé annonce clairement la couleur : il faut un groupe Vert à l’Assemblée Nationale. Question : si on leur promettait des postes ministériels, les Verts seraient-ils capables de vendre les avantages de l’énergie nucléaire ?

Il faut des hommes neufs avec des idées neuves pour redonner confiance et agir pour la France.

Retour à l'accueil