implosion.jpgHier, le premier ministre a donné un coup de pied aux familles. Il a choisi de greffer fortement le pouvoir d’achat de nombreuses familles. En effet, si les médias focalisent sur la baisse du quotient familial, il y a en réalité trois réformes annoncées.
 
  •  
  • Quotient familial. La baisse est relayée par tous les médias. De 2000 € d’avantage maximum, nous allons passer à 1500 €. C’est 1,3 millions ménages qui sont touchés. 12% des foyers avec enfants sont concernés. La hausse des impôts sera en moyenne de 64 € par mois d’après Matignon (cela représente tout de même 768 € par an). Pour certains, cela fera beaucoup plus.
  •  
     
  • La Prestation d’Accueil des Jeunes Enfants. Derrière ce nom se cache une aide financière importante dont bénéficient 84% des foyers avec des enfants de moins de 3 ans. Le gouvernement a choisi de diviser par deux cette prestation pour les classes moyennes. En effet, les couples gagnant plus de 4000€ par mois (pour les couples à deux revenus) verront la PAJE passée de 184 € à 92 €. Ce n’est pas anodin car cela fait tout de même 1104€ en moins par an. Cette mesure n’entrera en application qu’en avril 2014 (normal, les municipales sont en mars).
  •  
     
  • Suppression de la réduction d’impôt pour frais de scolarité dans le secondaire. La hausse d’impôt moyenne calculée par Matignon est de 144 € et cela touchera 1,6 millions de foyers.
  •  
 
En gros, à certaines familles on donnera moins, d’autres seront plus taxées et l’idée de faire des économies (plus de 4 milliards d’ici la fin 2016) est bien lancée. C’est dommage car la natalité française est une des rares chances de ce pays. 
Retour à l'accueil