2012.jpgDimanche dernier, les électeurs se sont mobilisés. Ils ont glissé leur bulletin dans l’urne et ont désigné François Hollande et Nicolas Sarkozy comme finalistes. Entre le président de la république et le président du Conseil Général de Corrèze, le choix sera-t-il franc, clair et net ? Réponse le 6 mai au soir. Maintenant, cette élection a quand même été riche d’informations.

 

- Le FN s’installe Après de bons scores lors des élections cantonales, le Front National réalise sa meilleure performance avec un nombre de voix impressionnant. Marine Le Pen s’est forgé un véritable socle électoral. Les villages ont régulièrement voté pour Marine Le Pen. De nombreuses triangulaires sont prévisibles lors des élections législatives de juin.

 

- François Bayrou déchante Le Béarnais perd la moitié de ses voix par rapport à2007. Lui qui se rêvait faiseur de roi, voit son résultat moins envié que celui de la fille de Jean-Marie. Son score, inférieur à 10 %, ne lui permettra d’être un leader incontesté du centre et n’incitera pas les candidats du MODEM à se présenter. D’ailleurs la volonté de François Bayrou de vouloir proposer son projet au plus offrant est un peu dommageable. Une décision claire, nette et précise aurait pu faciliter la vie des militants orange sur le terrain.

 

- Nicolas Sarkozy et la stratégie limpide Le score de François Bayrou étant réduit à n’être que la moitié de celui de Marine Le Pen, Nicolas Sarkozy, conseillé par Patrick Buisson, va aller chercher les électeurs du FN tout en donnant des gages aux centristes. Comment peut-il réaliser ce grand écart ? Dès hier soir, nous avons vu les leaders de l’UMP attaquer le PS sur les questions d’immigration, de vote des étrangers, etc… Durant les deux semaines, nous aurons sûrement une forte attaque sur les sujets sensibles pour l’électorat lepeniste et à un moment, une personnalité centriste sera mise en avant pour la caution centriste.

 

En tout cas, il est temps que tous les centristes prennent position clairement.

Retour à l'accueil