carte-electorale-2007.jpgDans quelques jours, les citoyens français pourront voter pour exprimer un avis concernant le nom du prochain président français. Alors même si la campagne ne vous séduit guère, même si les candidats ne vous inspirent pas grand-chose, il faut voter, faire un choix. Oui, il faut se déplacer jusqu’aux urnes, prendre 30 minutes de son temps. L’abstention permet seulement aux autres de prendre une décision à votre place. 
 
Le vote blanc, le vote du non-choix, revient à la même chose. Oui, je reconnais que voter pour le moins mauvais n’a rien d’excitant mais c’est tout de même important de participer au choix du prochain « moins mauvais » président.
 
Vous vous dites peut-être « tous les mêmes » voire « tous pourris ». Non seulement, c’est un préjugé assez triste qui doit rappeler à tous les politiques que certains des leurs ont bien terni l’image de la fonction mais en plus c’est faux. La vie politique n’est pas irréprochable, comme de nombreux domaines. C'est vrai qu'il existe une marge de progression mais en ne permettant pas à de nouvelles méthodes de voir le jour, les abstentionnistes participent à la stagnation des us et coutumes. 
 
En France, nous avons la chance de pouvoir choisir notre dirigeant alors utilisons-la. Comment peut-on prétendre ne pas être écouté si l’on n’utilise pas son droit d’expression ? Comment peut-on refaire le monde en dénigrant la classe politique si l’on s’est abstenu de la choisir ? Rappelons tout de même que les élus représentent tous les électeurs même ceux qui ne votent pas car iles en ont permis d’être élus (en ne votant pas contre).
 
Donc le 22 avril, que cela soit par défaut ou par enthousiasme, votez et faites voter !
Retour à l'accueil