arme.jpgDans un sondage IFOP paru dans « L’Humanité », on apprend que 64% des personnes interrogées estiment qu’en France la lutte des classes est une réalité. Personnellement, je préférerais que 2 Français sur 3 considèrent que la lutte contre le chômage soit une réalité. Ce sondage montre une société divisée ou du moins qui le parait.

  

 

Il faut dire que l’affaire Mittal, par exemple, durant laquelle le gouvernement a critiqué un vilain patron pour protéger (du moins faire semblant) les gentils ouvriers, a contribué à ce ressenti. D’ailleurs la négociation actuelle entre les syndicaux patronaux et les syndicats ouvriers tourne à la même caricature. Les méchants patrons ne veulent pas céder aux gentils travailleurs. J’avais oublié que le méchant patron ne faisait que s’empiffrer sur le dos des adorables travailleurs et surtout qu’il ne travaillait pas. Heureusement, le gouvernement se drape de blanc, monte sur son cheval et prévient les méchants que s’ils ne deviennent pas gentils, ils se feront taper sur les doigts. Ouf le gouvernement défend les travailleurs, non pas en les aidant à avoir un travail, mais en leur assurant des aides pendant le chômage.

  

 

Plus sérieusement, les entrepreneurs n’ont aucune leçon à avoir en termes de travail. Les entrepreneurs ont autant besoin de leurs salariés que les salariés ont besoin d’un patron. L’autogestion ne peut se concevoir que dans des cas très particuliers. Alors au lieu de lutter les uns contre les autres, nous pouvons peut-être lutter les uns avec les autres contre les difficultés. C’est sûr que c’est moins facile car il n’y aura pas de coupables et qu’il faudra trouver des solutions.

 

 

 

Retour à l'accueil