logo nouveau centre

Philippe Vigier, Porte-parole du Nouveau Centre estime que le projet du Parti Socialiste est le projet d'une France à crédit. Les candidats aux primaires socialistes doivent maintenant jouer cartes sur table et dire clairement si ce projet les engage.

Le Parti Socialiste a désormais un projet qui mêle effets d'annonce et propositions irréalisables, mais n'a toujours pas de candidat pour le porter ! Par qui ce projet va-t-il être défendu ? Par Martine Aubry ou Dominique Strauss-Kahn, qui confondent l'élection présidentielle avec un jeu de cache-cache ou par un des candidats déclarés qui a d'ores et déjà annoncé qu'ils prendraient leur liberté par rapport à ce projet ?

En tablant sur une hypothèse de croissance de 2,5% jugée irréaliste, même par le FMI, le Parti Socialiste refuse surtout daffronter en face la question cruciale du redressement de nos finances publiques et de l'effort partagé nécessaire pour y parvenir.

Pire, le Parti Socialiste, qui ne voit pas que le monde a changé, n'est pas capable de s'accorder sur autre chose que de vielles recettes remises au goût du jour qui ne peuvent être les réponses pour construire la France de demain.

Des emplois jeunes, concentrés sur le seul secteur public, au recrutement de toujours plus de fonctionnaires, en passant par le retour à la retraite à 60 ans, le projet du parti Socialiste est une batterie de 25 milliards de dépenses supplémentaires dont les Français devront payer la note.

Le Nouveau Centre estime que l'élection présidentielle exige du sérieux et que la lutte contre la dette est un préalable pour que la France renoue avec la croissance. Chaque candidat aux primaires socialistes doit donc jouer carte sur table avec les Français et dire si, oui ou non, ce projet qui mettra la France à crédit les engage.

Retour à l'accueil